Danza y arte

Rencontrez Juliana Sweeney-Baird | Ice-dance.com

par Anne Calder

IDC a récemment publié un article invité par le concurrent américain de danse sur glace à la retraite Christopher Martin Davis :, intitulé Ice Dancing for Everyone: How Inclusive Skating is Expanding our Sport into the Future. L’auteur a suggéré que la grande communauté de la danse sur glace soit présentée à Juliana Sweeney-Baird. Ce qui suit est l’interview de questions-réponses avec le champion du monde solo de patinage inclusif 2021.

Parlez-moi de votre famille, où vous avez grandi et vécu, vos frères et sœurs, etc. ?
J’ai deux frères et sœurs plus âgés : une sœur de 29 ans et un frère de 22 ans. Ma mère est irlandaise et mon père est écossais, donc tous mes frères et sœurs, y compris moi, ont des passeports irlandais.

Je suis né à Londres [March 3, 2003] et j’ai passé les quatre premières années de ma vie à Londres avant que mes frères et sœurs, ma mère et moi ne déménagions à Glasgow en Écosse. Cependant, ma sœur et mon frère vivent maintenant à Londres tandis que ma mère et moi vivons toujours à Bearsden, en Écosse.

Cependant, en raison de mon état de santé, mes soins sont principalement basés à Londres, je voyage donc très fréquemment entre les deux villes et considère Londres comme ma deuxième maison.

Quel est votre premier souvenir de patinage artistique. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez enfilé une paire de patins pour la première fois et commencé votre parcours de patineur ?
Mon premier souvenir de patinage est quand ma mère m’a emmené à Turin, en Italie, en 2010 pour voir les Championnats du monde de patinage artistique et j’étais impressionné par ce que j’ai vu. Je me suis assis dans le public pendant des heures et j’ai regardé tous les patineurs artistiques, ce qui pour un enfant de 7 ans est quelque chose.

Ma mère s’est rendu compte que c’était quelque chose qui m’intéressait et à l’été 2010, elle m’a inscrit au programme d’apprentissage du patinage à la patinoire d’East Kilbride. À l’âge de 7 ans, j’ai enfilé ma première paire de bottes et j’ai sauté sur la glace pour la toute première fois de ma vie.

Depuis combien de temps patines-tu et compétitionnes-tu?
J’ai maintenant 19 ans, donc je patine depuis 12 ans et je compétitionne depuis 10 ans.

Où vous entraînez-vous ? Qui est votre coach et chorégraphe ?
Ma patinoire est East Kilbride où je me suis entraîné pendant de nombreuses années et mon entraîneur est Leanne Collins qui est aussi ma chorégraphe. Ma mère Margarita Sweeney passe également beaucoup de temps à me guider sur la glace en raison de ma déficience visuelle et à m’entraîner.

En raison de la pandémie de Covid, la patinoire a été très impactée par le nombre d’heures de patinage qu’elle peut fournir, donc je patine également à Kilmarnock et Coatbridge où ma mère organise une session de patinage inclusif pour les patineurs comme moi avec toutes sortes de handicaps afin qu’ils puissent avoir le possibilité de patiner également.

Comment le syndrome de Bardet-Biedl a-t-il affecté votre patinage ?
Le syndrome de Bardet-Biedl de type 1, la maladie que j’ai, a eu un impact considérable sur ma carrière de patineur. Sans le patinage inclusif, je n’aurais jamais pu réaliser quoi que ce soit dans le système normal du patinage sur glace britannique.

Ma condition comprend la dérégulation, donc je ne régule pas ma température, mon rythme cardiaque ou mon taux de sucre, ce qui signifie que j’ai besoin de beaucoup de soins pour pouvoir patiner.

Je suis très chanceux que ma mère ait été incroyablement favorable à ma carrière de patineur, comme m’amener à la patinoire, me guider sur la glace, ce qui est extrêmement important car sans ma mère, je ne pourrais pas patiner.

Cependant, bien qu’il y ait de nombreux obstacles auxquels je suis confronté dans ma carrière de patineur, j’ai pu les surmonter avec le soutien de mon entraîneur Leanne et de mes parents qui m’ont tous deux incroyablement soutenu, ainsi que ma carrière de patineur.

J’ai cru comprendre que vous alliez aussi à l’université en Écosse. Qu’est-ce que vous étudiez? Patins-tu et assistes-tu aux cours en même temps ou ont-ils des horaires différents?
Oui, j’étudie actuellement à l’Université de Glasgow dans ma première année d’un diplôme de quatre ans en politique sociale et publique en tant que diplôme principal.

En raison de la pandémie de Covid, toutes nos conférences sont en ligne pour le moment, mais elles sont principalement en direct, ce qui rend un peu difficile la tenue de conférences, car certaines d’entre elles ont lieu immédiatement après que j’ai patiné.

Je patine le matin, puis j’ai des cours en semaine. Le week-end, je patine et n’ont pas de cours. Cependant, c’est vraiment difficile de gérer à la fois les études et le patinage.

A quelles autres compétitions avez-vous participé en plus de l’événement Virtual World ?
Cela va être une longue liste ! Comme cela fait 10 ans, et j’ai participé à de nombreuses compétitions, notamment les championnats du monde de figures au Colorado, aux États-Unis, la compétition Jeans for Genes qui s’est déroulée à Lammas à Liverpool pendant plusieurs années.

J’ai également participé aux championnats écossais qui se sont déroulés en 2019, la Coupe du Père Noël en Finlande, et j’ai également participé à des compétitions en Islande.

Il y aura une autre compétition mondiale virtuelle en novembre 2022. Vous entraînerez-vous pour cet événement ?
Absolument! J’aime concourir car ces compétitions me donnent quelque chose à espérer dans ma vie car vivre avec mon handicap est incroyablement difficile. Non seulement ces compétitions sont importantes pour m’aider à continuer à m’entraîner pour ma santé physique, mais elles sont également importantes pour ma santé mentale.

Je comprends que vous êtes un ardent défenseur du syndrome de Bardet-Biedl. Quelles sont vos activités ?
J’ai participé à la conférence BBS qu’ils organisent depuis plusieurs années. Il y a quelques années, j’ai fait une présentation aux autres personnes qui font partie de la communauté Bardet-Biedl qui étaient à la conférence du point de vue d’un patient.

C’est l’événement clé auquel j’ai participé au fil des ans et j’y suis allé avant même d’être diagnostiqué avec le BBS en 2015 à l’âge de 12 ans.

En plus, il y avait aussi un court clip de moi sur BBC Three qui a reçu plus de 2 millions de vues et qui parlait de mon patinage et de ma condition. Cette vidéo a contribué à faire prendre conscience de la maladie car elle est incroyablement rare et souvent inconnue pour de nombreuses personnes.

Selon l’article invité de Christopher Davis, Margarita Sweeney-Baird a fondé Inclusive Skating en 2012. Veuillez partager votre relation.
Oui, ma mère a créé l’association Inclusive Skating Charity pour les personnes handicapées. Non, je n’étais pas l’inspirateur de l’association car je n’avais même pas été diagnostiqué au moment de la création de l’association. Cependant, j’ai pu voir comment l’organisme de bienfaisance s’est développé pour pouvoir offrir des opportunités à des patineurs comme moi ayant de nombreux handicaps différents à travers le monde.

En raison de ma relation, je suis souvent utilisé comme cobaye pour de nombreux événements. Je vois les coulisses de tout et personne ne comprend vraiment la quantité de travail et de volonté qu’il faut pour gérer l’organisme de bienfaisance.

También puede gustarte...