Danza y arte

Leap" de Amy Campbell: Sueños de danza

Théâtres Riverside, Sydney.
22 avril 2022.

Saut a explosé sur scène cette semaine avec sa première mondiale au Riverside Theatres, Parramatta. Le concept d’Amy Campbell pour une nouvelle œuvre visionnaire a finalement été réalisé, et c’est tellement amusant, avec beaucoup d’énergie et de bonnes vibrations à avoir. Préparez-vous à vivre quelque chose qui ressemble à un rêve trippant, un kaléidoscope d’exploration. Financement pour Saut a été aidé par le fonds Restart Investment to Sustain and Expand (RISE), une initiative du gouvernement australien.

Saut a été conceptualisé par le réalisateur producteur Neil Gooding ; réalisé en collaboration entre la talentueuse interprète, chorégraphe et metteure en scène Amy Campbell ; et la superviseure musicale/arrangeuse Victoria Falconer, directrice musicale, interprète et compositrice hautement accomplie. Saut est une œuvre de danse hautement explosive, avec une partition de musique classique réinventée, qui se fraye un chemin à travers des pièces familières avec lesquelles les générations ont grandi, renouvelant le familier et lui donnant un côté original.

Il y avait des morceaux qui gagnaient une myriade de battements, de vocalisations et de jeux rythmiques qui se faufilaient pendant que les danseurs jouaient et se déplaçaient avec la partition. La musique a été jouée en direct, les musiciens jouant dans et hors de différentes pièces. Les interactions étaient parfois aléatoires et une partie des danseurs jouaient, et à d’autres moments, ils étaient un accompagnement vedette, les lignes étaient souvent floues, et c’était la moitié du plaisir.

L’œuvre s’est ouverte sur un montage d’images de la distribution, au milieu de centaines de carrés argentés froissés suspendus à des rangées, qui tout au long du spectacle se sont déplacés de haut en bas pour créer diverses formes, comme une impression d’arche de proscenium d’une scène plus petite. Les seules autres pièces arrêtées étaient un piano qui a été roulé pour une scène et les musiciens eux-mêmes. Quelques accessoires ont été présentés comme des balles de jonglage. La plupart du temps, les danseurs ont créé les différents changements de scène avec leur utilisation de l’argent suspendu et de la scène dans une utilisation intentionnelle de l’espace.

Callum Mooney a commencé une ouverture de poste solo, se déplaçant dans un style de danse contemporaine / de rue, apportant les aspects de performance d’un style plus expérimental. Il y avait un musicien solo sur scène avec lequel il a eu une interaction. Mooney a ensuite semblé être un fil conducteur tout au long du spectacle, avec des notes de narration de style Cirque du Soleil, le personnage aléatoire qui semble connecté et a une signification dans diverses scènes, mais dans Saut, vous ne pouvez pas tout à fait saisir de quoi il s’agit ou pourquoi c’est autour d’eux que l’histoire est centrée. C’était l’un des aspects les plus faibles du travail; le fil était trop aléatoire, il n’y avait pas de lien clair entre Mooney et l’idée de l’œuvre, bien qu’il ait été clairement choisi pour figurer. Cela signifiait que même si le but n’était pas de créer un concert, la structure de pièce après pièce variée, avec un manque de développement vers quelque chose au-delà, signifiait que l’œuvre portait comme un concert qui coulait généralement bien de l’un à l’autre, mais manquait d’objectif clair au-delà de cela.

Ensuite, chaque section présentait divers membres de la distribution et un nouveau numéro musical. Certaines étaient les sections communément connues de la partition retravaillées, d’autres étaient des morceaux qui étaient l’équivalent classique d’un mash-up. Le casting était composé de danseurs d’horizons variés, chacun apportant quelque chose de spécial, un style et un avantage uniques qui ont montré une exploration ludique de styles et d’idées au-delà de leur zone de confort. Aux côtés de Mooney, Ashley Goh, Cassandra Merwood, Felicia Stavropoulos, Maikolo Fekitoa, Natalie Foti, Neven Connolly, Shontaya Smedley, Jervis Livelo et Ryan Ophel brillent tous à leur manière, avec une belle cohésion sur scène qui était tangiblement joyeuse.

Les costumes consistaient en une gamme de styles dans ce qui était probablement du bronzage, de la pastèque, de l’argent, peut-être du bleu, mais c’était difficile à dire car les lumières étaient presque entièrement de couleurs sombres – rouges, violets, bleus – et cela empêchait de pouvoir pleinement apprécier les détails dans la conception.

L’un des objectifs de Campbell en créant Saut était d’explorer le lumen entre le style et l’idée, d’apporter de la nouveauté, pas de concert ni de musique, mais certainement d’inclure les éléments, de jouer avec les lumières, le décor, la musique et les costumes, sans suivre les règles. Une belle collision qui ressemblait un peu à un état de rêve, où tout est possible. Saut est une merveilleuse opportunité pour les danseurs de voir leurs rêves se réaliser, une vitrine pour les danseurs pour voir notre industrie briller, tout en apportant quelque chose de joyeux sur scène qui laissera le public se sentir exalté et inspiré.

Saut est maintenant en tournée sur la côte est de l’Australie après une merveilleuse saison d’ouverture au Riverside Theatres, Parramatta. Voir quand Saut arrive dans une ville près de chez vous : www.leaptheshow.com/tickets.

Par Linda Badger de Dance Informa.






También puede gustarte...