Danza y arte

Finale du San Francisco Ballet Helgi Tomasson

En avril, le San Francisco Ballet (SF Ballet) présentera trois premières mondiales : le directeur artistique et chorégraphe principal Helgi Tomasson Harmoniede Christopher Wheeldon Finale Finale et celui de Dwight Rhoden La terre promise. Émergeant de la double pandémie de COVID-19 et du calcul racial aux États-Unis, et célébrant la longue carrière de Tomasson, ces œuvres perpétuent la tradition du SF Ballet de cultiver de nouvelles œuvres et perspectives. Ils marquent également les dernières premières de Tomasson au SF Ballet, avant sa retraite à la fin de la saison après une solide carrière au sein de la Compagnie. En 37 saisons, il a créé plus de 50 œuvres pour le SF Ballet et a commandé près de 200 ballets à des chorégraphes émergents et établis depuis qu’il en a pris la direction en 1985.

« Au fil des ans, j’ai aspiré à développer une compagnie de danseurs qui se considèrent comme faisant partie du processus de création, comme des partenaires collaboratifs dans la création de nouvelles œuvres », déclare Tomasson. « Mon nouveau balletHarmonie, est né de la pandémie et de la joie que la Compagnie a ressentie de pouvoir à nouveau danser ensemble. J’étais ravi d’inviter Dwight Rhoden et Christopher Wheeldon dans nos studios. Ils ont créé des ballets qui suscitent des moments de réflexion et d’espoir pour un avenir meilleur.

Vernissage le 2 avril Programme 5 comprend la première mondiale de Tomasson Harmonie, sur une suite pour clavier de Jean-Philippe Rameau. Ce joyeux ballet célèbre le retour du spectacle vivant tant pour les artistes que pour le public. Le processus de création de Tomasson pour la pièce a commencé à l’été 2021, lorsque les danseurs de la Compagnie répétaient en « pods » pendant la pandémie de COVID-19. Travaillant avec un groupe de 12 danseurs, Tomasson a créé Harmonie mettre en valeur les forces de chaque danseur, caractéristiques de son approche de la chorégraphie.

Programme 5 présente également le chorégraphe en résidence Yuri Possokhov Magrittomanieun clin d’œil au travail de l’artiste surréaliste Réné Magritte, et de Tomasson La cinquième saisoncréé en 2006, mis en musique par Karl Jenkins et considéré comme l’un de ses plus beaux ballets.

Vernissage le 6 avril Programme 6 présente les premières mondiales de Christopher Wheeldon Finale Finaleun hommage à la dernière saison de Tomasson et à Dwight Rhoden La terre promise.

La terre promise explore l’émergence continue de la société après la pandémie de COVID-19 et le calcul racial aux États-Unis « Je voulais accéder à la résilience et à la persévérance de l’esprit humain, physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement », déclare Rhoden à propos de sa création. « L’essence de la pièce est de savoir comment nous récupérons, ce que nous faisons pour nous en sortir, comment nous relevons les défis au jour le jour. »

Mis en musique par une collection de compositeurs dont Philip Glass et Hans Zimmer, La terre promise est une pièce abstraite impliquant ce que Rhoden appelle un « récit errant ». La terre promise est le troisième ballet de Rhoden créé pour SF Ballet, après COMMENÇONS PAR LA FINcréé en 2018 Unbound: A Festival of New Works, et ses contributions au film de danse Danse des rêves en 2020. Rhoden est co-fondateur de Complexions Contemporary Ballet avec Desmond Richardson.

Finale Finale est le 11 de Wheeldone œuvre posée sur SF Ballet et capte l’esprit festif de sa partition de Darius Milhaud, Le boeuf sur le toit (Le boeuf sur le toit). « Créer pour le San Francisco Ballet a toujours été une expérience incroyable pour moi, très joyeuse, très collaborative », déclare Wheeldon. « Je dois beaucoup à Helgi à bien des égards : mon développement en tant que chorégraphe, avoir l’opportunité d’être ici dans une ville que j’aime, travailler dans ce grand théâtre, avec cette grande compagnie. »

Prévu comme musique de scène pour un film de Charlie Chaplin, Milhaud’s Le boeuf sur le toit a évolué en un livret de ballet de Jean Cocteau, créé en 1920. Alors que Wheeldon a abandonné le livret de Cocteau, il conserve un solo « Chaplin-esque » et des éléments acrobatiques dans son nouveau ballet. Wheeldon a remporté deux Tony Awards en 2015, pour avoir dirigé et chorégraphié Broadway’s Un americano en París. Sa première création pour SF Ballet, Photos de la mercréé en 2000.

Programme 6 comprend également Tomasson Prismecréé pour le New York City Ballet en 2000, dansé sur une partition de Beethoven.

Pour les billets et plus d’informations, visitez www.sfballet.org/season/casting.






También puede gustarte...