Dance and art

Une entrevue avec Jonathan Goddard

µ

Le danseur britannique Jonathan Goddard est l'un des artistes contemporains les plus reconnus de tous les temps. Il a été le premier danseur contemporain à être nominé dans la catégorie danse du South Bank Show / Times Newspaper Breakthrough Award (2007) et est devenu le premier artiste contemporain à remporter également le Prix ​​national de danse du Cercle des critiques for Meilleur danseur masculin en 2014.

Jonathan est bien connu pour des collaborations de haut niveau, la dernière étant avec Arthur Pita dans The Mother (sa seconde avec le chorégraphe après Stepmother / Stepfather en 2016). Basée sur le récit de Hans Christian Andersen d'une mère essayant de sauver son enfant des bras de la mort, la production a été créée au Festival d'Edimbourg l'année dernière et s'ouvre ce jeudi 20 juin à Londres, au Southbank Centre. Jouant aux côtés de Natalia Osipova, il arrive à habiter le personnage de Death ou, plus spécifiquement, plusieurs versions de Death. Cela fait suite à une série de rôles tout aussi complexes dans des productions comme Dracula, The Odyssey, Macbeth, toutes avec Mark Bruce, et Sea of ​​Troubles and Playground de MacMillan, avec Yorke Dance Project.

Nous nous sommes assis avec Jon peu après son retour de Russie, où The Mother était en tournée, pour parler de ce nouveau spectacle, de sa carrière et de la suite:

TBB: Comment était La mère reçu l'an dernier au Festival d'Edimbourg et comment avez-vous ressenti ces premières performances?

Jonathan Goddard: C'était bon. C'était un peu fou la première nuit parce que c'est une production tellement compliquée. C'est vraiment ambitieux et c'est génial pour ça, mais la première fois c'était définitivement assez fou. C'était vraiment bien reçu, donc ça faisait du bien. Nous avons eu quatre semaines et nous avons eu un set de répétition, un set tournant, beaucoup d'accessoires, beaucoup de costumes, donc j'étais bien préparé pour ce que je devais faire, mais toujours le faire, c'était toute une expérience.

TBB: Pita a-t-elle apporté des modifications à cette première version de La mère à celui qui est actuellement en tournée?

JG: Oui, il y a déjà eu des changements. Nous venons de la jouer à Moscou, en fait nous sommes revenus hier! Nous avons retravaillé quelques morceaux de la version d'Edimbourg, une section a beaucoup changé. Il y a un tout nouveau personnage que je ne gâcherai pas. Je pense qu'Arthur est brillant pour regarder les choses et résoudre les problèmes. Il sait parfaitement ce que ressent le public. Il aime pouvoir regarder avec un public et déterminer ce dont il a besoin.

Jonathan Goddard et Natalia Osipova dans La Mère d'Arthur Pita

Jonathan Goddard et Natalia Osipova dans La Mère d'Arthur Pita. Photo © Kenny Mathieson

TBB: On dirait qu'il est en morceaux vivants qui ne sont pas statiques…

JG: … Oui et Arthur y pense beaucoup. Je lui parlais récemment et lui demandais s'il pensait qu'il allait changer quoi que ce soit d'autre dans la production. Et il a dit «non, je pense que c'est bien» mais je parie que nous arriverons à Londres et il dira «ooh, nous allons le faire». Mais j'ai vraiment confiance que cela vient d'un lieu de pensée.

TBB: Vous êtes connu pour vos performances dans des œuvres narratives. Bien sûr, tout comme dans le ballet, la danse contemporaine présente des œuvres narratives importantes. Mais dans votre cas, c'est vraiment devenu «votre truc». Comment est-ce arrivé?

JG: Je ne sais pas, parce que j'ai passé la majeure partie de ma carrière à faire un travail très très abstrait. Je veux dire, je viens de faire le Cunningham Centennial et c'était super parce que j'avais envie de recommencer. Très pur. Je ne dirais pas que ce n'est pas dramatique, parce que c'est assez dramatique mais, c'est très abstrait et vous êtes juste jugé sur ce que vous faites physiquement. Je l'ai trouvé un peu angoissant, mais en ce qui concerne la performance, j'ai pensé "allons-y". Je suis dans une unité jaune vif, faisons-le fonctionner.

Jonathan Goddard dans La mère d'Arthur Pita

Jonathan Goddard dans La Mère d'Arthur Pita. Photo © Kenny Mathieson

TBB: Mais vous venez aussi de travailler sur un morceau de MacMillan avec Yorke Dance Project, Terrain de jeux. Comment est-ce arrivé?

JG: Avec Yorke Dance, le spectacle qu’ils ont fait auparavant au Royal Opera House mettait en vedette MacMillan’s Mer de troubles et ce fut le premier qu'ils ont obtenu de Deborah (MacMillan). C'est un ballet vaguement basé sur Hamlet, et je pense que c'est une œuvre qui a été faite pour Russell Maliphant et un groupe de danseurs du Royal Ballet qui avait commencé à travailler avec des troupes de danse contemporaine. Il l'a donc fait sur des danseurs contemporains, ou des danseurs qui faisaient la transition vers le contemporain du ballet. J'ai sauté dessus assez tard. Je l'ai dansé avec la compagnie au Clore Studio et j'ai vraiment apprécié. Je pense que Deborah a aussi aimé ça, puis elle a offert à Yolande (Yorke-Edgell), qui dirige Yorke Dance, cette pièce intitulée Terrain de jeux, réalisé sur le Royal Ballet en 1979. Yolande m'a invité et m'a proposé de le danser avec le romani (Pajdak) du Royal Ballet, ce qui est très sympa puisqu'il s'agit d'un rôle sur pointe. Il s'agit donc en fait d'un ballet réalisé sur le Royal Ballet, mais c'est comme ça que j'ai été choisi. C'est une pièce bizarre, mais c'était génial à faire.

TBB: C'est très MacMillanesque… très sombre…

JG: Ça l'est vraiment. La compagnie l'a également fait à Bournemouth, et j'ai dû intervenir à la dernière minute après que le danseur jouant le rôle principal se soit blessé. Donc la première nuit, c'était: "passons au travers". Mais la deuxième nuit, je me disais "c'est tellement étrange, ce que je fais est si étrange!"

J'étais là pendant le processus de reconstruction et ils étaient assez stricts pour ne pas nous dire ce qui se passait. Je leur ai posé beaucoup de questions sur le moment où Kenneth y a travaillé, mais il n'a rien dit aux danseurs. Il vient de faire la pièce. De toute évidence, il savait ce qu'il faisait, mais il n'a rien dit aux danseurs et les metteurs en scène voulaient préserver cela. Mais c'est agréable de travailler comme ça, car je peux développer ma propre interprétation.

Jonathan Goddard avec Yorke Dance Project au MacMillan's Playground.

Jonathan Goddard avec Yorke Dance Project au MacMillan’s Playground. Photo: © Pari Naderi

TBB: Nous nous souvenons d'avoir parlé une fois à Edward Watson de MacMillan et il a mentionné que «tout était dans sa chorégraphie» et que vous n'aviez qu'à faire confiance aux étapes parce qu'elles étaient là.

JG: Oui, tout est là. Vous ne pouvez pas mettre quelque chose dessus. Ces choses arrivent et tout est construit d'une certaine manière. Vous devez être là et être là correctement dans le moment. D'après le point de vue du public, je peux dire que l'étrangeté que vous percevez, nous la voyons également comme des artistes. Parce que vous êtes dans ce monde bizarre, où vous savez que quelque chose ne va pas, mais ne pouvez pas montrer ce que c'est tant que la torsion n'est pas révélée. Et c'est vraiment sombre!

Je pense que MacMillan expérimentait à l'époque ce qui pouvait être fait. J'ai l'impression qu'il y avait beaucoup d'idées qui circulaient dans le théâtre à cette époque, à la Cour Royale, essayant de pousser cette imagination, ce qui pouvait être montré sur scène en termes naturalistes. Terrain de jeux a cet aspect psychologique. C'était le début de cette tendance.

TBB: Au sujet du travail avec les danseurs de ballet, comment c'était de travailler avec Natalia Osipova dans Pita’s La mère?

JG: Ce que je trouve très inspirant chez Natalia, c'est que sa vision de la danse n'est pas classique ou contemporaine – elle voit tout cela comme une chose, ce qui est dans une certaine mesure. Il y a juste quelques implications pratiques pour lesquelles vous devez investir le temps comme danser sur la pointe… Mais au final, tout n'est que mouvement. Elle a une très bonne idée et j'ai été assez gâtée par cela.

TBB: Avez-vous des projets en cours avec des collaborateurs de longue date comme Mark Bruce ou le New Movement Collective?

JG: Mark fait une nouvelle pièce. Je n'y suis pas, mais c'était un choix mutuel. J'en ai fait trois avec lui, une trilogie, et je suis très heureux. J'adore travailler avec Mark et j'aimerais continuer à travailler avec lui. Étant donné qu'il travaille également avec le cinéma, ce serait amusant de faire quelque chose ensemble sur le film.

Quant à New Movement, nous travaillons depuis deux ans avec la robotique. Nous avons donc développé un exosquelette robotique et nous travaillerons à Sadler’s Wells l’année prochaine, dans un espace inhabituel au sein de Sadler’s. L'idée est de réaliser une pièce où l'on place le public à l'intérieur du robot. Donc, ça va être un petit morceau, peut-être un ou deux membres du public, il pourrait y avoir plus de gens à regarder, mais nous chorégraphions le public. Telle est l'idée.

Jonathan Goddard et Natalia Osipova dans La Mère d'Arthur Pita

Jonathan Goddard et Natalia Osipova dans La Mère d'Arthur Pita. Photo © Kenny Mathieson

TBB: Avec qui travaillez-vous pour la robotique?

JG: Nous avons travaillé avec de nombreuses universités différentes à ce sujet, mais Fenyce Workspace est le principal artiste numérique à le faire. C'est vraiment difficile, mais incroyable. C'est vraiment des trucs de pointe. Cela a pris du temps car cette technologie est si jeune. Ils l'utilisent dans l'armée et il est utilisé dans les usines automobiles lorsqu'ils soulèvent des objets massifs. Et aussi pour des raisons médicales, mais il n'avait pas été utilisé à des fins artistiques, c'est donc ce qui nous passionne.

Je fais aussi mon propre travail en été. Je travaille avec une dramaturge qui fait une pièce de danse, Eve Leigh, et avec une metteure en scène, Lily McLeish. Et cela sera présenté à The Place en octobre et à Dance East. J'ai quatre brillants interprètes, qui peuvent faire de la danse et du texte, tous très excitants.

TBB: Comment voyez-vous le processus de financement de votre nouvelle pièce et des futurs projets?

JG: Le financement de la danse est très difficile, je ne vais pas mentir, il n'y a pas d'argent. Tout l'argent est, à tort ou à raison, dans les plus grandes institutions, donc je pense que c'est pourquoi vous voyez des chorégraphes contemporains se déplacer pour travailler pour des compagnies de ballet, car ils peuvent financer leur travail. En conséquence, les tournées à petite et moyenne échelle ont presque disparu. C'est un peu triste, mais c'est bien. Il vous suffit d'être plus innovant sur la façon dont vous trouvez l'argent ou sur qui vous soutenez. Faire ma propre affaire m'a fait prendre conscience d'essayer de trouver la bonne somme d'argent, et j'ai conclu que l'on n'avait pas besoin d'une énorme somme d'argent pour créer quelque chose. Vous avez juste besoin de très bonnes idées. Moins vous avez d’argent, meilleures doivent être vos idées.


La Mère d'Arthur Pita, avec Jonathan Goddard et Natalia Osipova, est au Southbank Centre (Queen Elizabeth Hall) du 20 au 22 juin 2019.

Les commentaires sont fermés.

You may also like...