Tanz und Kunst

Revisiter la giselle d'Akram Khan – Le sac de ballet

µ

Après un intervalle prolongé, la première représentation de notre calendrier de danse d’automne a été la reprise par le Ballet national anglais du Giselle à Sadler’s Wells le mois dernier. La production a été saluée comme un triomphe lors de sa première en 2016 et nous étions définitivement parmi ses nombreux fans. Nous aimions que Khan soit allé au-delà du simple réhabillage du ballet et que, avec sa dramaturge Ruth Little, il ait mis l'histoire dans une usine de confection de travailleurs migrants sur fond de mur. Ce mur les sépare des «autres», les propriétaires, qui à leur tour exploitent les migrants comme main-d'œuvre bon marché.

Depuis lors, cette production a fait de nombreuses tournées, gagnant de nouveaux fans à travers le monde. Les billets pour ce réveil à Sadler’s Wells étaient comme de la poudre d’or, et il semble que le ballet ait réussi à attirer de nouveaux publics, qui, espérons-le, deviendront des habitués du ENB. C'était la première fois que je revisitais la production, je voulais donc la regarder d'un œil neuf et voir si le ballet m'impressionnerait à nouveau. J'ai noté quelques réflexions rapides à partager ici:

Artistes du ballet national anglais dans la Giselle d'Akram Khan

Artistes du ballet national anglais dans la Giselle d'Akram Khan. Photo: © Laurent Liotardo / ENB

1) Une giselle universelle

Malgré les changements dans le décor du ballet, ses motivations de personnage et dans la chorégraphie actuelle, Giselle reste la femme qui donne son cœur au mauvais homme et dont l'amour finit par le sauver. J'ai remarqué que Khan Giselle est peut-être plus mature, et que le langage qu'il donne à Giselle dans ses échanges avec Albrecht est plus sensuel. Les gestes de Giselle et la façon dont elle touche le visage d'Albrecht indiquent un degré d'intimité que l'on ne retrouve pas dans la version traditionnelle, et il est intéressant de noter également que deux Giselles traditionnelles assaisonnées, Tamara Rojo et Alina Cojocaru sont parfaitement à l'aise dans cette nouvelle version.

2) Tour d'étoile d'Hilarion

Dans la manche d'origine, César Corrales a presque volé le tonnerre de tout le monde en tant que Hilarion. Je me souviens avoir eu le sentiment que Khan s'était davantage investi dans ce personnage, qui est coincé entre deux mondes et rejette sa communauté, ses propres origines. Il donne certainement les meilleurs moments à Hilarion, et cette fois-ci, l'impression reste, avec Jeffrey Cirio prenant le personnage et se l'appropriant. Éblouissant et énergique, Cirio laisse une impression durable et j'essaie toujours de comprendre comment il pourrait se déplacer à une telle vitesse.

3) Les Wilis effrayants

Stina Quagebeur reste un spectacle terrifiant et faisant autorité en tant que Myrtha. "L'acte blanc" d'Akram Khan est inquiétant et dramatique et me fait penser à l'armée de marcheurs blancs dans Game of Thrones (encore un autre mur!). Nous ne savons peut-être pas qui ils sont vraiment, mais nous savons qu'ils ne montrent aucune pitié envers Hilarion, qui paie la dette karmique ultime pour son comportement duplice.

Jeffrey Cirio en tant que Hilarion avec Fernanda Oliveira et Fernando Bufalá dans Giselle d'Akram Khan.

Jeffrey Cirio comme Hilarion avec Fernanda Oliveira et Fernando Bufalá. Photo: © Laurent Liotardo

4) Le nouveau score

J’ai encore plus apprécié le score de Vincenzo Lamagna cette fois-ci. Au milieu de couches d’électronica et de percussions, il rappelle la partition classique d’Adolphe Adam de manière intelligente et efficace, créant l’ambiance de chaque scène. Les rythmes énergisants alimentent corps de ballet, conduisant leurs mouvements super rapides à travers la scène. C'est le bon choix pour le style chorégraphique de Khan.

5) Un thème éternel

Lors de sa première, le ballet de Khan a suggéré des liens avec la crise des migrants et le mur de Trump. Mais en 2019, ce qui me fait écho, c'est la façon dont il parle de populations divisées selon une variété de lignes et des guerres culturelles actuelles. Si le pardon, la compréhension et l'amour sont des messages qui Giselle est censé incarner, ceux-ci sont habilement mis en valeur la version de Khan. Ils sont rendus encore plus explicites que dans le ballet traditionnel. C'est ce qui fait le succès de cette version: elle préserve l'essence de l'original, tout en permettant de nouvelles interprétations plus pertinentes à notre époque – mais est en même temps toujours verte.

Alina Cojocaru et les artistes du ballet national anglais dans la Giselle d'Akram Khan

Alina Cojocaru et les artistes d’ENB à Akram Khan’s Giselle. Photo: © Laurent Liotardo

Les commentaires sont fermés.

Das könnte Ihnen auch gefallen...