Tanz und Kunst

Cupcakes & Conversation avec Nicola Del Freo, Principal, Teatro alla Scala Ballet | Nouvelles du ballet | Directement de la scène


petits gâteaux de ballet
Photographie partout : Brescia e Amisano © Teatro alla Scala

Qu’est-ce qui vous motive à 8h du matin un lundi matin ?

En période de répétition, ma motivation pour commencer la semaine est de progresser dans la construction d’un rôle. J’ai généralement presque hâte de commencer car j’aime beaucoup voir comment au fil du temps le ballet que nous préparons prend forme. Cependant, s’il s’agit d’une période où nous ne préparons pas un spectacle à venir, ce qui arrive assez rarement, j’essaie de me concentrer sur le maintien de la forme et le perfectionnement de ma technique.

Si le ballet vous a choisi, comme le disent de nombreux danseurs, qu’est-ce qui vous a poussé à rester avec lui ? ?
Certes, les émotions que j’ai ressenties lors des représentations ont toujours récompensé les heures de dur labeur. Je pense que ce qui m’a toujours stimulé, c’est le désir de m’exprimer.

Qu’attendez-vous de danser cette saison et quels sont les grands défis susceptibles d’être pour vous ?

Durant cette saison nous avons dû faire face à des moments d’incertitude donnés par la situation sanitaire, donc les performances de Bayadère ont été un beau challenge.
Je suis très reconnaissant au Teatro alla Scala d’avoir rendu possible la mise en scène de ces représentations. Quant à l’avenir, le pas de deux du ballet Chéri, dans le Fracci Gala, sera certainement un grand défi pour moi, associer Emanuela Montanari dans une pièce aussi raffinée sera certainement une expérience merveilleuse mais aussi un grand défi.

Avec qui aimerais-tu le plus danser et avec quoi danserais-tu ?
Il y a beaucoup de danseurs que je respecte et admire beaucoup. Ici à La Scala, j’ai la chance de jouer avec de nombreux danseurs que je considère très capables. Ayant débuté ma carrière à Berlin, j’ai eu la chance d’apprécier Polina Semionova dans une multitude de ballets ; c’est certainement une artiste pour qui j’ai beaucoup de respect.

Si vous pouviez danser n’importe où dans le monde (pas seulement dans un théâtre), où danseriez-vous ?

Sans considérer les théâtres, je dirais Arena di Verona. J’ai eu le privilège de jouer sur cette scène lors de la tournée estivale de Roberto Bolle et y retourner serait quelque chose de magique pour moi.

Quelle est votre routine quotidienne en ce moment ?
Ma routine actuelle consiste à m’étirer le matin avant le cours, qui commence à 10h. De 11h30 à 13h40 nous avons des répétitions suivies d’une pause de 45 minutes puis nous recommençons. Notre journée de répétition se termine à 17h30, à ce moment-là s’il y a des choses à réviser je le fais tout de suite, puis je fais encore quelques étirements et je rentre chez moi.

Que mangez-vous au cours d’une journée de travail type ?
Pendant les entraînements, je grignote tout au long de la matinée. Dernièrement, au déjeuner, j’essaie de manger léger, j’ai généralement du riz avec des légumes et de la viande ou du poisson. Je suis un grand buveur de café, même si j’essaie de le réduire.

Vous pouvez inviter six personnes célèbres à dîner – qui inviteriez-vous ?
J’inviterais probablement Michail Baryshnikov et John Neumeier si l’on considère le monde de la danse.
Il y a aussi beaucoup de personnages historiques que je trouve vraiment charismatiques. Plusieurs sportifs m’ont beaucoup inspiré, dernièrement j’ai apprécié Gianmarco Tamberi, incroyable comme personne et comme athlète. J’aime vraiment les auteurs-compositeurs-interprètes italiens; me comparer à des artistes qui m’ont tant donné serait intéressant.

Qu’est-ce qui surprendrait les gens chez vous ?
Je suis une personne extrêmement timide et introvertie, je dirais que venant d’un danseur, cela ressemble à un non-sens mais c’est définitivement un côté très prononcé de ma nature.

Qui vous a donné envie de danser ?
Quand j’avais environ 12 ans, ma mère m’a emmené voir un spectacle d’Aterballetto, et après ce spectacle, j’ai demandé si je pouvais m’inscrire dans l’une des écoles de ballet de ma ville. Je me souviens que la combinaison de la musique et du mouvement m’avait beaucoup marqué.

Quel est votre meilleur conseil ?
Le conseil le plus important que j’ai reçu est probablement d’essayer de retirer le positif de chaque situation.

Comment vous préparez-vous dans les heures qui précèdent un spectacle ?
Durant les dernières heures avant le spectacle j’ai plusieurs préparatifs : je commence par un cours avec la Compagnie, après je vais au maquillage et pendant ces minutes j’essaie de me détendre et de me concentrer, une fois habillé je monte sur scène tôt pour essayer de s’installer et franchir les étapes.

Comment gérez-vous le stress de la performance ?
J’ai toujours eu un rapport particulier avec l’angoisse de la scène, je ressens beaucoup de pression dans les jours qui précèdent une représentation. En venant à la date de la représentation, je suis souvent très tendu. Cependant, lorsque ma routine d’avant-spectacle commence et pendant la représentation, je suis généralement nettement plus calme, j’essaie d’utiliser l’adrénaline pour être plus lucide.

Quel rôle vous a le plus testé et comment ?
Je pense que la Belle au bois dormant de Noureev est le ballet qui m’a le plus testé. Bien sûr d’un point de vue technique. Le ballet classique par excellence, une montagne à gravir. Une satisfaction incroyable cependant.

Si on vous demandait de concevoir votre propre costume de ballet, que créeriez-vous ?

Certainement quelque chose de confortable, peut-être un short et un débardeur.

Que recherchez-vous chez un partenaire de danse ?
Je dirais que la compréhension artistique et l’harmonie sur scène est la chose la plus importante.
J’ai aussi eu la chance de partager la scène avec ma compagne, Virna Toppi, une merveilleuse émotion.

Quelle est votre citation préférée ?
La vie c’est ce qui se passe quand tu es occupé à faire d’autres plans. John Lennon

Avez-vous une « étape de signature » ​​- une étape qui vous vient naturellement ?
Pour mes caractéristiques physiques je dirais les sauts, plus précisément les batteries.

Une phrase que j’utilise beaucoup trop souvent est … ?
J’ai tendance, surtout dans mon travail, à me poser beaucoup de questions
Alors je dirais : puis-je vous poser une question ?

Quel a été ton meilleur moment sur scène jusqu’à présent ?
Probablement ma performance du Jeune homme et la Mort, je pense que c’est un des rêves de tout danseur.

Avez-vous une compétence secrète que personne ne connaît ?
Je dirais non, rien de spécial.

En termes de carrière de ballet, où aimeriez-vous être dans un an ?

Je suis très content du travail que nous faisons ici à La Scala. Je dirais donc que dans un an, j’aimerais être encore ici à La Scala, peut-être que j’aimerais reprendre l’activité de tournée, et que l’accès au théâtre peut rester à pleine capacité comme maintenant.

Avec qui aimeriez-vous avoir une conversation ?

Il y a une multitude de personnes que je trouve très intéressantes, en choisir une serait réducteur.
Dans le domaine du ballet, je dirais John Cranko, ses ballets ont toujours été une source d’inspiration.

Quelle est votre stratégie de sortie, pour le moment où vous arrêtez de danser, et comment l’avez-vous planifiée ?

En Italie, nous avons le grand privilège de prendre notre retraite vers 46 ans. Cela rend notre vie de danseurs beaucoup plus facile vers la fin de notre carrière. Je ne suis pas encore sûr, mais je ne m’exclus pas de la possibilité de rester dans ce domaine, peut-être en tant qu’enseignant, qui sait ?

Nicola Del Freo sera parmi les protagonistes des Bijoux de George Balanchine, sur scène à la Scala du 11 au 24 mars et il participera au Gala Fracci le 9 avril

Das könnte Ihnen auch gefallen...